Col du Tourmalet

Le col du Tourmalet fait partie intégrante de la « légende du Tour ». Il est emprunté pour la première fois en 1910 lors de la première grande étape pyrénéenne.

A une cinquantaine de kilomètres au sud de Tarbes, dans le département des Hautes-Pyrénées en région Occitanie. Il est emprunté par la route des cols.

Le col du Tourmalet est le plus haut col routier des Pyrénées avec 2 115 m

Commençant par le versant est à Sainte-Marie-de-Campan (851 m), l’ascension a un profil de 17 km à 7,4 % de moyenne.

Le début est facile avec des pourcentages modestes sur une route essentiellement rectiligne mais une fois à la sortie du hameau de Gripp (1 020 m environ) au km 4,6, cela se corse, à partir de Gripp, il reste en effet 12,5 km à 8,7 %.

Un peu plus loin, la route passe à côté du petit village d’Artigues-Campan.

Entre ce petit village et le onzième kilomètre environ on traverse parfois de la forêt avec pour seule véritable épingle le lacet du Garet (1 423 m) au km 9,3. 2 km environ avant La Mongie, on commence à passer sous des paravalanches et on devine le barrage de Castillon plus bas à droite.

Cette portion avec les paravalanches avant La Mongie est difficile avec des passages à 10 %. À La Mongie où l’on entre au km 12,5, la pente est également raide avec un passage à 11 %.

C’est dans cette station qu’on trouve un téléphérique qui monte au pic du Midi de Bigorre (2 876 m) et que l’on peut aussi rencontrer des lamas .

Après il reste 4,5 km dans un décor de pâturages et de remontées mécaniques.

Certaines épingles sont effrayantes et nécessitent des relances énergiques. Finalement, ce versant est plus dur que le versant ouest malgré sa moyenne de pente inférieure car ce sont les quatre premiers km qui baissent la moyenne mais après il y a peu de répit.


Stèle commémorative à Jacques Goddet.

Une stèle dédiée à Jacques Goddet, ancien directeur du Tour de France, est présente au sommet. Se trouve également, une partie de l’année, une sculpture représentant un coureur nu en danseuse : Le Géant.